miércoles, 30 de marzo de 2016

Le Requiem de Fauré à la Cathédrale de Rennes France

Orchestre Symphonique de Bretagne
Suzanne Daumann

Dans nos vies palpitantes des temps modernes, aller au concert est un des meilleurs moyens pour vivre pleinement le moment présent. Sentir l’ambiance particulière d’une église en est un autre. Un concert de musique sacrée avec un orchestre et un chœur de chambre de grande qualité, sous un chef sensible et intelligent, c’est réunir les deux pour un moment de grâce, bien au-delà du simple plaisir. Dans la première partie du programme de cette série de concerts, l’Orchestre Symphonique de Bretagne et le Chœur de Chambre Mélisme(s), dirigés par Gildas Pungier, proposent un chapelet de chants sacrés, une perle chacun, par Le Flem, Ladmirault, Franck, et Fauré, entrecoupés par des chants traditionnels bretons, interprétés a capella par Marthe Vassallo. Un peu dommage que ces derniers arrivent par surprise et sans explication ni traduction. Comment comprendre le fait de se voir imposé l’écoute de ces chants longs et monotones ? Ils soulignent, c’est vrai, par leur âpreté la douceur harmonieuse des morceaux sacrés. Après l’entracte, voici donc le Requiem tant aimé de Fauré. Le Chœur de Chambre Mélisme(s) et Orchestre Symphonique de Bretagne sont présents dans chaque mesure et donnent profondeur et finesse à cette œuvre emblématique. Gildas Pungier est attentif à chaque détail.  La soprano Amira Sélim chante le Pie Jesu de manière touchante, avec grâce et chaleur, et le baryton Richard Rittelmann est poignant et expressif dans le Libera MeLe public, conquis, reste un long moment silencieux après l’Amen final, et les applaudissements en sont d’autant plus chaleureux. L’on ne sait pas pour les morts, mais nous, vivants, nous avons trouvé un peu de paix ce soir.


No hay comentarios:

Publicar un comentario