miércoles, 27 de diciembre de 2017

Une douceur de Noël sans sucre ajouté: Les King’s Singers à Florence

King's Singers
Suzanne Daumann

C’est lors d’une journée pluvieuse et sombre que les six magiques King’s Singers sont venus en ville, pour nous apporter l’or de leurs voix, des pensées douces et des sons enchanteurs. Six voix magnifiques, Patrick Dunachie et Timothy Wayne-Wright, contre-ténors, Julian Gregory, ténor, Christopher Bruerton et Christopher Gabbitas, barytons, et Jonathan Howard, basse, sont les King’s Singers en ce moment. Le sextuor vocal mythique fête ses 50 ans en 2018, et ils ont concocté un programme unissant des pièces modernes (textes par des poètes contemporains mis en musique par des anciens membres du groupe), et Noëls des temps anciens. Que ce soit Gaudete, Veni veni Emmanuel ou encore Maria durch ein Dornwald ging, chaque chanson fut interprétée avec un goût et un sens du timing impeccable. Le Carol of the Bells nous faisait penser à la tradition anglaise du carillon, et l’on se demandait si une des méthodes vénérables de sonner les cloches pourrait se trouver à l’origine de la composition. Cela sonnait gai et frais, comme une matinée de Noël sous une couche de neige fraîche. Certaines chansons quittaient un peu le terrain de la Nativité, mais elle portaient toutes un message de joie et de paix. „ C’était profondément émouvant et rafraîchissant de voir ces homme jeunes, à l’air un peu „cool“, tout de noir vêtus avec des cravates en arc-en-ciel, être si concentrés sur leur art et sa signification. Ils maitrisent parfaitement la façon britannique de mélanger comédie et profondeur des émotions que nous trouvons si souvent dans la littérature et le d’Outre-Manche avec tant de plaisir. La seconde moitié du concert était consacré à une sélection de Noëls américains, chantés en „Close Harmony“. Encore une fois, les chanteurs démontraient leur technique parfaite, des voix se mariaient de façon merveilleuse, des solos résonnant clairs et intenses. Dénués de toute sentimentalité, chantés avec des rythmes inattendus ou à une vitesse à couper le souffle, ces chansons apportaient joie et allégresse et le concert se terminait après deux bis et un tonnerre d’applaudissements et acclamations.  Ce fut un moment de joies et d’émotions, et au retour, la nuit était moins sombre. Et l’espoir de lumières nouvelles ravivé.

No hay comentarios:

Publicar un comentario