viernes, 21 de noviembre de 2014

Austère, poignant, fascinant : Dialogues des Carmélites, version piano, à l’Opéra de Rennes

Foto: Laurent Guizard / Opéra de Rennes

Suzanne Daumann

À l’Opéra de Rennes, décidément, on n’a pas peur des défis et un vrai souci de la démocratisation de la musique. Si bien que l’on y présente l’œuvre difficile de Francis Poulenc en version pour piano, une production qui tournera ensuite en Bretagne. Et qui fonctionne à merveille ! Eric Chevalier signe une mise en scène austère, épurée : un carré noir pour tout décor, un lit, quelques chaises, quelques accessoires simples suffisent amplement. Ses costumes sont tout aussi simples, les filles portent des habits différents, style années quarante, seuls leurs voiles les unissent et les définissent comme religieuses. Des projections lumineuses légères, en lignes claires et sobres, viennent parfois éclaircir les décors. L’argument à été réduit à la vie au Carmel, la mort de la Prieure, incarnée avec conviction et sobriété par Martine Surais, et le martyre des Carmélites. En venant ainsi à l’essentiel, on comprend mieux la fascination de cette œuvre, si austère et peu abordable : en suivant le chemin de Blanche de la Force, l’on peut se confronter à ses propres questions et peurs. En ce moment, où l’on voit le totalitarisme gagner du terrain partout, c’est peut-être plus actuel que jamais… Gildas Pungier dirige le chœur de l’Opéra de Rennes, Colette Diard au piano, et les excellentes solistes avec son énergie sensible habituelle. Sans l’orchestre, les dialogues acquièrent une intimité terrible que la pianiste accompagne avec beaucoup d’attention et sensibilité. Les voix jeunes et pures de Blandine Arnould, dans le rôle de Blanche de la Force, et de Violaine le Chenadec, dans celui de Sœur Constance, peuvent ainsi s’exprimer pianissimo s’il le faut ; elles touchent au plus profond, et le public en retient son souffle. Les réactions du public sont souvent un bon indicateur pour une représentation bâclée, vide, routinière. À Rennes, ce soir, le public est immobile, concentré, et suit attentivement la terrible histoire jusqu’au bout. Lors du finale, un énergumène patibulaire, un croisement entre boucher et voyou, entre en scène, et se tient devant les Carmélites. Elles le dépassent, une par une, par petits groupes, pour sortir de scène. On entend alors à chaque fois un grand bruit sec, le couperet. Sans l’orchestre, le Salve Regina des religieuses, qui s’estompe petit à petit, est particulièrement poignant. Il faut quelques secondes de silence profond, pour que puissent éclater les applaudissements amplement mérités. 

No hay comentarios:

Publicar un comentario